Le corps de ma mère – Fawzia Zouari

Ce roman m’a captivée comme cela n’était pas arrivé depuis un petit moment. En fait, il suivait une première lecture qui m’a laissé la même sensation.
J’entends encore le cliquetis des bracelets de la mère allongée. Ils m’éblouissent alors que la nuit gagne du terrain sur nos journées.

Il fallait voir quand je mettais toute ma parure! Je pouvais dire au soleil : brille, sinon je brille à ta place!

Les deux superposées me donnent l’impression d’un voile de soie, tombé sur moi. Je ne sais pas comment mais je sais que cela a fait bouger des choses à l’intérieur.
Dans ce roman en trois parties, la narratrice nous raconte sa mère, le conflit des générations, l’exil aussi.
C’est un imaginaire lointain qui raconte les Djins, le sable et une époque disparue. L’amour pour une mère, une culture et l’amour de soi. Les secrets, les rumeurs et le silence. Les champs de coquelicots, les mausolées et les coupelles pour les anges.
Le sujet n’est pas joyeux. La narratrice perd sa mère. En revanche, j’ai renoué avec une féerie, un merveilleux qui parle à mon imaginaire. Celui que je n’ai pu entretenir qu’au travers des suppositions, des mystères, des envies et des odeurs en suivant ma grand-mère dont je ne comprenais aucun mot.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *