Tous Les après-midi, Zoya Pirzad

J’ai repris la lecture après une longue pause et ce sont à nouveaux les mots – traduits – de Zoya Pirzad qui m’ont séduite.

 

On trouve dans cet ouvrage plusieurs nouvelles plus ou moins courtes. La nomination des personnages et déroutante, il s’agit de personnage que l’on observe sans connaître. Il s’agit d’épisode de vie, d’un moment dans une journée, une vieille habitude. Les limites avec le temps sont floues, on suspend le temps ce qui donne une impression d’irréel.

On flotte entre réalité et folie, une frontière fine. Les personnages sont quasi-exclusivement féminin et le personnage partage avec le lecteur une expérience intérieure. Le personnage est seul.

 

L’auteure met en mots les histoires qui se déroulent dans nos têtes loin du regard des autres. Ces films que l’on se crée, les pensées auxquelles on se raccroche et celles qu’on laisse passer.

 

J’ai particulièrement apprécié Une Vie pour sa douceur et sa beauté, son rapport à la fleur, à la couleur et l’association qui est faite au temps de la vie. L’écriture de cette nouvelle est particulièrement poétique.

 

Il est très tôt ce matin. De sa fenêtre, elle observe la cour. L’arbre a fleuri. Elle écarte de son front quelques mèches de cheveux blancs. C’est la quarante et unième fois qu’elle voit l’arbre en fleurs. Elle est debout à sa fenêtre, dans son épaisse robe de chambre blanche à manches longues, au col fermé. Malgré cela, elle a tout de même un peu froid. Le vent fait trembler les fleurs, mais on dirait qu’elles n’ont jamais froid. Elle se souvient de la première fois qu’elle les a vues. […]

 

 

Finalement, qu’est-ce que la vie? Sommes-nous toujours seuls? Qu’est-ce que le temps?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *