Bonheur, croyances limitantes…et écologie

  • Les croyances limitantes, c’est quoi?

 

J’avais vu passé plusieurs fois les termes “croyances limitantes” sans jamais vraiment m’y arrêter jusqu’au programme suivi cet hiver qui a ramené cela sur le tapis.

La croyance est le fait de croire que quelque chose est vrai ou possible. Elle nous vient de notre éducation, de nos expériences ou encore de ce que nous avons appris consciemment ou non. Les croyances limitantes sont des croyances que l’on a absorbées tout au long de notre vie sans forcément les interroger. Elles sont là et nous vivons avec. En bref, nous avons intériorisé des limites : nous pensons que certaines choses sont impossibles ou du moins que nous n’en sommes pas capables.

Souvent, ce sont des idées que nous avons intégrées enfants. Celles qui aiguilleront notre vie d’adulte. Ainsi, nous reproduirons un schéma en s’identifiant à des croyances qui nous semble être le « bien » ou “la normalité”.  But guess what ? Il n’y a pas de normalité.

 

  • Repères ces coquines des croyances limitantes

 

Pour se libérer de ces fameuses croyances… il faut les repérer ou du moins nous interroger.

En général, elles sont là lorsque nous voulons nous lancer dans un projet, faire un changement ou une transformation dans nos vies. Alors, il faut prendre du temps pour s’interroger : Pourquoi nous ne faisons pas ce qu’il faut à la réalisation d’un projet? Qu’est-ce qui nous bloque? De quoi avons-nous peur? Pourquoi ce changement nous angoisse?

Une bonne partie de nos croyances limitantes concernent : le travail, la réussite et l’argent. ET le bonheur.

 

Elles sont par exemples :

  • La vie est dure.
  • On ne peut pas tout avoir dans la vie.
  • Il faut trimer pour réussir.
  • Je suis trop vieux ou trop vieille pour apprendre.
  • Je ne suis pas digne d’y arriver.
  • Le succès monte à la tête.
  • Je n’ai pas le droit à l’erreur.
  • Se tromper c’est un échec.
  • Le bonheur n’est pas à portée de main.
  • Je n’y arriverai jamais.
  • L’argent c’est sale.
  • L’argent ne pousse pas dans les arbres.
  • Le temps, c’est de l’argent.
  • C’est trop beau pour être vrai !

 

Alors, je pense que ces croyances viennent de notre éducation mais également de la notion de travail développée ces derniers siècles et la volonté d’asservir le travailleur en rendant toute idée du bonheur inaccessible. Une personne heureuse ou en capacité de produire son bonheur serait moins bon pour le système. Normaliser la souffrance, l’idée de pénibilité de la vie est une construction du système pour pérenniser son fonctionnement. L’idée de retraite, c’est juste “travailler dur pour mériter de “profiter” après”…
Autant vous dire que si cette idée n’est pas un produit du système, elle y ressemble drôlement.

 

Pourquoi ne pourrions nous pas vivre de façon agréable et tendre à la création de notre bonheur?

  • Se libérer des croyances limitantes

 

En hiver, j’ai commencé à méditer. Juste dix minutes matinales pour prendre le temps de se poser. J’aurais du m’y mettre plus tôt, ça change la vie. Et cela permet de poser un regard autre sur certains événements de la journée. Après cette séance matinale, j’ai le cerveau qui va bien et me permet de prendre du recul. Ainsi, j’essaie d’interroger mes peurs. (et elles sont nombreuses et coriaces) De me repositionner. Dernièrement, j’ai eu une succession d’informations positives. Devant cet alignement, je me suis effondrée. « c’est trop beau », je cherchais ce qui allait arriver de mal. Pendant toute la soirée, j’ai ruminé, analysé ce qui n’irai pas, j’ai eu peur de choses inexistantes et je cherchais à être rassurée par d’autres. Il se passait quoi ?
C’était une croyance limitante qui se baladait et m’empêchait d’apprécier l’instant. Le fameux :  « C’est trop beau pour être vrai ! »

 

Pourquoi se libérer de ces croyances limitantes? Pour accéder aux voies de son bonheur, pour parvenir à se satisfaire de soi, à se connaître. A être aligné avec ses souhaits sans subir ce poids et ces contraintes inconsciemment. Défaire ces croyances pour tendre à la création d’un espace de bonheur. 

 

  • Le rapport à l’écologie? 

 

Depuis plus d’un an maintenant, je tente de changer mon mode de consommation et mon rapport à l’environnement. Et j’essaie aussi de participer à la prise de conscience de mon entourage. Dans la prise de conscience écologique, il y a un nombre de croyances limitantes à faire sauter qui est incroyable. C’est en partie pour cela que certains font un blocage mental et se contente de dire que le vrac c’est pour les bobos à vélo. Regard dédaigneux, jugements et autre “ça sert à rien”. En fait, c’est vrai, ce n’est pas ce qui sert le plus, mais ça sert un peu.

Juste parce que si nous on transforme nos comportements, on cesse de cautionner les industriels – pas chaud pour changer- et alors ils seront contraints de le faire. Evidemment, ça ne fera pas tout. Mais prendre part au changement,, c’est s’engager, ne pas attendre que la solution vienne des autres et surtout des industriels qui s’en foutent royalement de la quantité de plastique dans l’océan. C’est transformer le monde et combattre l’idée “que nous sommes impuissants”.

 

Et vous, vos croyances limitantes? Vos solutions?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *