Pour mes 30 ans…

A mes enfants,

Aujourd’hui, j’ai trente ans, et je vous porte tous les deux – avec plus ou moins de réussite, vous en conviendrez.
Et je pense à vos trente ans. Utopiste comme je suis, vous imaginez bien que j’espère que ce monde sera archaïque.
Je ne rêve pas de voitures volantes mais bien d’égalité.


J’espère que les filles cesseront de confondre amour et domination, qu’elles choisiront entre espace privé et espace public comme bon leur semble et que les garçons, pas effrayés pour un sous, leur laissent la place méritée.
J’espère qu’on arrêtera de faire taire les petites filles, de les considérées mal élevées quand elles s’affirment.

J’espère qu’on arrêtera de priver les petits garçons de leurs émotions.J’espère que les enfants auront le luxe de se connaître eux mêmes avant d’être soumis aux désirs des adultes et attentes de la société.


J’espère que l’écologie ne sera plus une ligne dans un programme électoral. Il ne sera pas sujet à discussion. Ni pour ni contre, une évidence. Prendre soin de notre planète ne peut pas être que l’apanage d’un parti politique mais une nécessité permanente, une priorité.
Qu’on arrêtera de se réjouir parce qu’un président interdit la chasse à la glue mais maintient les pesticides. La chasse à la glue. Tuer n’est pas un plaisir.
Ni un animal, ni sa femme, ni son prochain.

Dans ce cas, j’espère qu’il n’y aura plus besoin d’encenser de personne qui prenne des coups pour avoir défendu des femmes qui se faisaient agresser.Non pas parce que ces personnes ne sont pas héroïques mais parce qu’il n’y aura plus d’agression de femmes sous prétexte qu’elles sont femmes.
J’espère que le droit aura changé et la police aussi. Qu’on arrêtera d’envoyer les femmes mourir au foyer.


J’espère qu’on entendra plus les « on ne peut plus rien dire » et les débats sur l’emploi du mot « nègre » à la télévision. Parce qu’on aura admis que l’histoire est celle des dominants, que la colonisation, c’est l’histoire de la domination des blancs. Que nos armes de civilisation étaient le viol, le vol, le massacre, la mort.


Parce que je compte sur le triomphe de l’amour de la Terre, de soi, des autres, je rêve de ce monde pour vous, mes enfants.
Et si ce monde ne change pas assez vite, je vous transmettrai le flambeau. Les mots et les lectures. Je vous transmettrai, le luxe des lettres contre la paresse intellectuelle capitaliste.


Il y aura toujours des gens pour vous dire que vous êtes fous, des gens qui vous dirons que vous vous trompez, que vous avez faux, que vous êtes radicaux. Être radical, c’est ce que je vous souhaite.

Affirmez-vous et croyez en vos rêves.
Et si aujourd’hui, on se rit de moi, ce n’est pas grave. Aujourd’hui, j’ai trente ans, je vous aime aime et vous souhaite le meilleur.

Cotidiane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page